Mon expérience du Carnet de Deuil de Nathalie Hanot

Comment la formation Carnet de Deuil m’a ouvert les yeux sur ma propre souffrance

Votre évaluation de cet article

J’écris cet article en cette fin d’année 2022 sur l’atelier Carnet de Deuil ® de Nathalie Hanot pour vous le présenter et parler de ma propre expérience.

La situation dans ma vie en 2019

En Mars 2019, je me suis fait littéralement virée de mon travail. Cela a été un coup de massue pour moi et mon système de croyance comme je vous l’explique dans mon Carnet Bien-être.

Entre Mars et Décembre, j’ai tenté de mettre en place mon blog Art’thérapVie (qui n’existe plus aujourd’hui) mais en vain. L’ombre de mon échec professionnel était toujours présent dans ma vie et je n’arrivais pas à le dépasser. Entre temps, une personne de ma famille est décédée et sa disparition a été une source de questionnement. Qui avait-elle été pour moi ? D’où venait cette tristesse qui me submergeait ? Pourquoi il était difficile d’en parler ?

En parlant autour de moi, plusieurs me disaient d’écrire mon histoire de Famille pour enfin percer le fond de ces questionnements…. mais je n’étais pas prête… Tout s’est remis en question dans ma vie cette année là.

Nathalie Hanot proposait cette année là de faire une formation pour accompagner les personnes sur leur chemin de Deuil. Cherchant des réponses, je me suis lancée dans cet atelier-formation dans le but de trouver quelque chose, une piste à explorer pour aller mieux.

L’atelier du Carnet de Deuil®

Cet atelier a été pour moi très dur à traverser… Je ne me sentais pas à ma place car je n’avais pas vraiment perdu quelqu’un. Enfin, si, quelqu’un de ma famille était parti mais pour ainsi dire, cette personne n’était pas vraiment proche de moi (en tout cas, je ne me sentais jamais à la hauteur de son regard). Donc pour moi, c’est comme si il ne comptait pas vraiment pour moi… Néanmoins, l’émotion que je ressentais de plus en plus, c’était que personne dans ma famille ne m’appréciait. Je n’étais jamais assez ou pour d’autres, j’étais (de) trop. La disparition de cette personne dans ma famille m’a révélée que j’étais toujours dans la lutte d’être la fille bien sage, qui faisait toujours bien les choses, rendant jalouse d’autres personnes de ma famille… Bref, je servais d’image mais au fond personne ne me connaissait, même pas moi.

Quand je me suis inscrite à l’atelier de Nathalie, j’avais pour objectif un peu maladroit de vouloir faire le deuil de ma famille et de trouver en moi les ressources pour dépasser le marasme de froideur, de non-dits, de peur et de souffrances dans lequel ma famille était plongée… Je suis donc venue avec plusieurs photos photocopiées, documents…

J’ai réalisé le chemin de Deuil que Nathalie proposait accompagnée de ma petite Nana que j’ai choisi au détriment des autres silhouettes qu’elle proposait. J’avais besoin de ma petite Nana pour m’aider à traverser cet atelier avec humour (une de mes ressources).

Je suis sortie de cet atelier plein de questions, de frustrations et de tristesse. Je n’avais pas réalisé que le chemin de Deuil commençait seulement pour moi. Passer par ce chemin m’a montré à quel point j’étais vulnérable (que j’ai pris pour du ridicule et de la honte au début tellement j’ai pleuré et affiché devant les autres participantes une détresse profonde – moi qui me cache des autres d’habitude, c’était une vrai humiliation pour moi). J’ai eu aussi honte de déchiqueter des photos de ma famille car même si je suis révoltée sur la manière dont les choses ont évoluées dans le temps, je garde un profond respect pour eux et pour leur choix de vie. C’est mêlée de tous ces sentiments de culpabilité, de peur et de contractions que j’ai préférée oublier un peu ce passage…

Preuve de ce que je vous dit, j’ai mis 3 ans pour enfin écrire cet article.

Pourquoi avoir pris si longtemps ?

Selon moi, cet atelier ouvre plusieurs portes dont la première qui est une porte vers l’avenir « Que vais-je faire de tout ça maintenant ? »

Quand j’ai eu fini cet atelier, je me sentais encore plus lourde qu’avant car j’avais comme ouvert une porte sur ma famille qui me semblait dangereuse et fermée à double tour. L’ouvrir et attester que j’avais moi aussi mon mot à dire et ma vision à partager était le début d’une nouvelle aventure mais qui me semblait très risquée à entreprendre.

J’ai refermé cette porte rapidement, en reprenant un travail de chef de projet et en noyant mes émotions dans le travail en 2020.

Durant cette année là, j’ai élaboré le Parcours des 13 Lunes dans sa version la plus « simple » et avec ça, mes premiers Cercles de Femmes.

Écrire cet article aujourd’hui me confirme que je suis maintenant prête à ré-ouvrir cette porte dangereuse non pas comme la petite fille qui n’aurait pas dû l’ouvrir mais comme la Femme Talentueuse et Créative que je suis devenue. Je ne le suis pas aux yeux de beaucoup de personnes, mais je le suis à mes yeux et cela me suffit. Je suis sur le chemin qui mène à ma propre Guérison et je sais que je la trouverai derrière cette porte.

La porte fermée à double tour de mon passé
La porte fermée à double tour de mon passé

En conclusion sur l’atelier du Carnet de Deuil®

Cet atelier ferme une porte et en ouvre plein d’autres. Je ne suis jamais sortie de chez Nathalie sans avoir plein de choses à explorer et à travailler.

Peut être que cet atelier-ci a été pour moi le plus dur à digérer mais il était un passage obligé pour maintenant arrêter de me cacher derrière cette porte. Je suis maintenant prête à explorer mes ombres aux travers des histoires de ma Famille et à mettre de la lumière là où tout était noir.

Merci à Nathalie pour sa bienveillance durant cet atelier. Je vous recommande de vous adresser à elle si vous aussi, vous connaissez une situation de changement ou un besoin de traverser une histoire similaire à la mienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.