Comment dépasser les doutes créatifs

Comment j’ai dépassé mes doutes dans mes créations grâce à l’Art Journal ?

Il m’arrive d’avoir un doute lorsque je crée, d’ailleurs souvent, j’entends une petite voix qui me dit « tu n’as pas de talent pour le dessin ou la peinture, arrête là et reprend ta vie d’avant ». Cette petite voix et tout ce qui s’y rapporte, c’est ce que j’appelle le doute créatif et voici comment il se manifeste chez moi.


L’appel

Doute créatif - Etape 1
Inspiration sur une silhouette de la Femme d’Aujourd’hui

Souvent quand l’envie de créer me prend, c’est suite à une inspiration, une image, un mot qui me renvoient en moi. Comme un appel qui me dit de creuser l’image ou le mot parce qu’il y a quelque chose de doux et d’agréable là.

Je commence donc en prenant l’objet qui m’inspire. Dans cet exemple, j’ai été attirée par le regard et le chapeau de la silhouette d’un magazine (en l’occurrence, il s’agit de la Femme d’Aujourd’hui, un magazine féminin très connu en Belgique).

J’ai donc découpé les contours et coller la silhouette dans mon journal.

Vous pouvez voir déjà que la colle fait gondoler la page de la silhouette… C’était déjà mal embarqué !

Néanmoins, par curiosité, j’ai envie de continuer et puis on verra 😉

Le doute devient de plus en plus intense ou la descente aux enfers

Doute créatif - Etape 2
Ajout de Gesso – résultat très moyen

J’ajoute du Gesso pour qu’on ne distingue plus le texte et que l’image puisse être suffisamment rugueuse pour que je puisse travailler au crayon dessus.

ça devient de plus en plus moche ! Je ne sais pas comment continuer… Les gondoles sur ma création font miroir en moi avec toutes les imperfections que j’ai en moi. Comment vais je continuer cette création ? Rien que de prendre mon crayon me fait tressaillir ! Mais je décide de continuer, je me dis « au pire, je la publierai pas mais j’aurai appris de mes erreurs » donc je continue… sans grand espoir de rattraper les gondoles et la couche non uniforme de Gesso.

Doute créatif - Etape 3
Ajout de couleurs

En continuant, je remarque le positif de la création. L’œil gauche me semble parfait, j’ose à peine y toucher et le chapeau me donne envie de partir en voyage donc accrochée à ces deux détails, je décide d’ajouter de la couleur.

Bof ! La couleur donne du peps mais je continue à croire que cette création va finir à la poubelle. Mais je suis curieuse de nature et me dit qu‘on apprend qu’en pratiquant donc je continue. J’ajoute plus de couche de peinture noire sur les cheveux pour tester l’impact sur le rendu. Je repasse plusieurs fois et change de type de peinture, tantôt acrylique, tantôt aquarelle. Je donne tous les espoirs possibles à ma création d’aboutir et d’être une belle création quand même. Je garde espoir...

Je reprends confiance

Doute créatif - Etape 3
Ajout d’un fond d’aquarelle
Doute créatif - Etape 4
Mise en valeur au Posca Noir

Enfin j’ajoute de la peinture de fond pour ajouter de la profondeur à ma création. Cette couche me redonne confiance car j’aime les aspects pastels du ciel en lien avec ma spiritualité et mon goût de plus en plus prononcé pour la vie et ses synchronicités. Cette couche a le rendu que je souhaitais, elle est en adéquation avec mon attentes et donc je me sens poussé des ailes… Peut être que finalement ma création ne sera pas à mettre à la poubelle.

Je m’arme de mon marqueur Posca pour faire le contour de la silhouette. Et là COUP DE CŒUR ! Une jolie femme se dévoile dans ma création ! Elle a le regard que j’avais envie de voir, du peps dans les cheveux et le tout me semble donner finalement de beaux résultats. Je continue alors, le cœur battant d’avoir comme un miroir devant moi qui m’apporte satisfaction.

J’affine le mouvement dans ses cheveux. J’ajoute de la couleur ça et là, j’intensifie son regard, sa peau…

Conclusion

Après 2 heures de création, de doutes où je me suis torturée, où j’ai cru que j’allais tout abandonner, j’ai finalement une création à mon goût. Ce n’est pas un chef d’œuvre mais vu mon niveau de compétence, je trouve que je m’améliore de création en création. Faut dire qu’il y a un an, je faisais encore des bonhommes allumettes parfois très mal dessinés et je suis fière de ce que j’ai fait il y a un an et je suis fière de ce que je fais maintenant.

Cela ne plait pas à tout le monde, certains ont la douceur de m’encourager à continuer ainsi et c’est ce qui compte pour moi. Que cela plaise à moi d’abord et ensuite à d’autres, c’est comme cela que je conçois le processus créatif et que je l’explique aux personnes que j’accompagne.

En créant pour Soi, pour se faire du bien, on s’autorise à se mettre au centre de sa vie, à rechercher à se plaire à soi avant de vouloir plaire aux autres. Et quand on se plait à soi-même au travers de nos créations (miroir de notre monde intérieur), on s’aime pour toute la vie car on sent que notre corps nous remercie de prendre soin de lui en arrêtant de nous torturer, en arrêtant d’avoir peur… En créant, on découvre petit à petit ce qu’on est capable de faire et on voit l’immensité du potentiel qui sommeille en nous.

Vous et moi ne sommes pas de grands artistes certes, mais il y a des grands potentiels en chacun de nous et c’est souvent parce qu’on ne s’aime pas assez et que nous ne nous autorisons pas à nous mettre d’abord au centre de notre vie que l’on passe à côté de ces potentiels.

Faites de la danse, faites de la sculpture, faites du théâtre, dessiner, chanter, … trouvez votre voie d’expression pour ressentir la joie de cette reconnexion à Soi qui nous fait du bien.

Résultat final dans mon Journal
Résultat final dans mon Journal

Vous souhaitez lire d’autres réflexions créatives ? Venez visitez la page ici.

Partager sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.